Coup dur : cette allocation (essentielle) à 300 000 Français va disparaître

Le gouvernement français s'apprête à prendre des mesures sociales importantes dans les mois à venir, notamment la généralisation de l'allocation de solidarité active (RSA) et la suppression d'une prestation spécifique.

© UPC.fr - Coup dur : cette allocation (essentielle) à 300 000 Français va disparaître

Dans ce contexte, plus de 300 000 personnes pourraient être impactées par la disparition de l’allocation de solidarité spécifique (ASS).

Le RSA à la place de l’ASS #

Le secrétaire d’État en charge de la réforme des allocations, Gabriel Attal, a annoncé la volonté du gouvernement de supprimer progressivement l’ASS au profit du RSA.

L’idée est de passer des dispositifs actuels basés sur la situation personnelle de chaque personne à une aide plus universelle, globale et adaptée aux besoins individuels.

À lire Calendrier 2024 : ne ratez pas les dates de versement (CAF, RSA, AAH…)

Pourquoi cette suppression ?

Selon Gabriel Attal, la suppression de l’ASS répond à un double objectif :

  • Favoriser le retour à l’emploi des bénéficiaires de l’assurance chômage
  • Simplifier le système d’aides existant et réduire les coûts pour l’État

La réforme du RSA, actuellement en préparation, devrait inclure l’obligation pour la majorité des bénéficiaires de participer à des activités obligatoires entre 15 et 20 heures par semaine pour continuer à percevoir cette aide.

Qui est concerné par l’ASS ? #

L’ASS est actuellement versée à près de 321 900 personnes en France, selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES). Cette allocation s’adresse principalement aux demandeurs d’emploi ayant épuisé leurs droits au chômage et remplissant plusieurs conditions strictes :

  • être inscrit à France Travail et rechercher activement un nouvel emploi
  • avoir travaillé au moins 5 ans sur les 10 dernières années précédant la fin du dernier contrat de travail
  • ne pas avoir atteint l’âge de la retraite
  • ne pas dépasser un plafond de ressources fixé à 1 271,90 euros par mois pour une personne seule et à 1 998,70 euros par mois pour un couple.

Quelles sont les conséquences pour ces bénéficiaires ?

Avec la suppression de l’ASS, les personnes concernées devront se tourner vers le RSA pour bénéficier d’une aide. Toutefois, cela impliquera également pour eux de se plier aux nouvelles règles imposées par la réforme, notamment en termes d’activités obligatoires.

À lire Montant RSA (et prime d’activité) en danger : pourquoi votre aide de la CAF pourrait chuter ?

Des impacts sur le pouvoir d’achat #

La disparition de l’ASS pourrait également avoir des conséquences sur le pouvoir d’achat des bénéficiaires, dans la mesure où les montants alloués dans le cadre du RSA sont généralement inférieurs à ceux versés par l’ASS.

Des compensations à prévoir ?

Le gouvernement devra veiller à mettre en place des mesures compensatoires pour les personnes perdant l’ASS et se retrouvant avec un RSA plus faible.

Par ailleurs, une attention particulière devra être portée aux autres aides dont bénéficient ces ménages, notamment en matière de logement, d’énergie ou encore de santé, afin d’éviter que leur situation ne se dégrade trop.

Un débat politique animé #

L’annonce de la suppression de l’ASS par le gouvernement a suscité de nombreuses réactions politiques, notamment chez les élus de gauche qui ont vivement contesté cette mesure lors de son annonce au Parlement.

À lire Chômage et solidarité : voici l’ASS que le gouvernement veut remplacer

La réforme du RSA et la disparition de l’ASS seront donc probablement au cœur des débats sur les prochaines mesures sociales du gouvernement français.

Face à la nécessité de repenser le système d’aides sociales en France, le gouvernement prévoit la disparition de l’allocation de solidarité spécifique au profit d’un renforcement du revenu de solidarité active.

Si cette réforme doit permettre de simplifier le dispositif tout en favorisant le retour à l’emploi des bénéficiaires, elle soulève également des interrogations quant à ses conséquences pour les 300 000 Français actuellement concernés par l’ASS.

UPC.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :