AAH : pourquoi (seulement) 52 600 gagnants au lieu de 120 000 ?

Emmanuel Macron avait assuré en avril 2023, lors de la Conférence nationale du handicap, que "120 000 personnes en situation de handicap vivant en couple verront leur Allocation Adulte Handicapé augmenter en moyenne de 350 € par mois".

© UPC.fr - AAH : pourquoi (seulement) 52 600 gagnants au lieu de 120 000 ?

La déconnexion de l’AAH promettait d’aider 120 000 bénéficiaires #

Pourtant, un rapport de la Caisse Nationale des Allocations Familiales (CNAF) révèle qu’il n’y a finalement que 52 600 bénéficiaires ayant vu leur AAH s’accroître suite à cette mesure.

Découplage de l’AAH : moins d’impact que prévu sur les allocations #

La différence notable entre le chiffre annoncé et la réalité s’avère importante. Depuis le 1er octobre 2023, l’AAH ne prend plus en compte les revenus du conjoint pour attribuer ou calculer le montant de cette allocation. Ce changement devait, selon le président, profiter à 120 000 personnes handicapées en couple. Or, on constate aujourd’hui que seuls 15 000 nouveaux bénéficiaires ont effectivement été ajoutés suite à cette décision.

De plus, ces nouveaux demandeurs ne représentent pas la totalité des personnes concernées : auparavant, une partie des 277 100 couples touchant l’AAH pouvait déjà compter sur une aide financière. Ces couples voyaient alors leur allocation augmenter de 312 € en moyenne par mois, un montant inférieur à celui promis par le président.

À lire Calendrier 2024 : ne ratez pas les dates de versement (CAF, RSA, AAH…)

Autres sources de revenus : elles aussi prises en compte dans le calcul

Même si les ressources du conjoint ne sont plus considérées pour déterminer l’éligibilité et le montant de l’AAH, il convient de souligner que d’autres types d’aides comme les salaires ou les pensions d’invalidité continuent d’influencer la perception de cette allocation. C’est donc en partie sur ces éléments que repose l’écart entre les chiffres annoncés et ceux constatés par la CNAF.

En outre, ce changement a été accompagné d’une transformation réussie du système d’information de la CNAF, afin de ne pas perturber d’autres aides auxquelles les personnes éligibles auraient droit et qui relèvent de leur cadre légitime de droits.

Un bilan mitigé pour le décrochage de l’AAH #

Si la mesure du découplage de l’AAH représente une grande avancée sociale pour les droits des personnes handicapées, on constate que ses effets sont bien moins bénéfiques qu’annoncés initialement. 67 400 personnes ont été négativement impactées par cette réforme, puisque seuls 52 600 bénéficiaires en couple ont vu leurs allocations augmenter suite à la mise en place de la mesure.

En effet, 27 000 allocataires, soit 10 % des couples concernés, ont choisi de conserver l’ancienne méthodologie de calcul. Ainsi, malgré l’annonce positive du président, plusieurs bénéficiaires n’ont pas réellement profité de cette mesure pour améliorer leur situation financière.

À lire LEP, le secret pour épargner (sans perdre votre AAH)

Un effort à poursuivre pour répondre aux besoins des personnes handicapées

Cet écart entre les promesses et la réalité montre que la simplification de l’accès à l’AAH est loin d’être suffisante pour donner aux personnes en situation de handicap toutes les chances de vivre convenablement dans notre société. Les législateurs et les politiques devront donc continuer à travailler sur cette question, afin que les droits des personnes handicapées soient véritablement respectés et pris en compte dans toutes leurs dimensions.

Article écrit par Cassandre Rogeret, journaliste pour Handicap.fr

Étiquettes

UPC.fr est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :